• Ma grand-mère est formidable. Enfin, je trouve.

     

    Ma grand-mère, je l’appelle Moumouche, depuis 1974… Bien avant que toutes les grands-mères ne commencent à s’appeler autrement que Mamie ou Mémé.

     

    Ma grand-mère est née en 1925 et je ne dis pas son âge parce qu’elle trouve que c’est bien trop grand comme nombre.

     

    Ma grand-mère est née à Shangaï (pas dans la Nièvre… à Shangaï en Chine), parce que ses parents étaient partis diriger un abattoir. Ils ont quitté l’Auvergne, pris un bateau et hop-là…

     

    Ma grand-mère aurait rencontré mon grand-père dans l’orient express…

     

    Ma grand-mère a écrit des livres sur la danse.

     

    Ma grand-mère habite un minuscule appartement, à Calais, si petit qu’on n’y rentre pas tous les 7. Elle aime bien son petit appartement, j’aime bien son petit appartement.

     

    Ma grand-mère a un grand, grand écran d’ordinateur… parce qu’elle a eu internet avant moi, qu’elle a envoyé des mails avant moi, qu’elle a fait des sites internet, qu’elle s’amuse beaucoup avec photoshop… Ma grand-mère est bien plus geek que moi.

     

    Ma grand-mère aime bien les prénoms de mes enfants.

     

    Ma grand-mère montait à cheval il y a encore 12 ans.

     

    Ma grand-mère avait un ponette (un poney, mais sans zizi) dans son jardin (elle s’appelait Iris, parfois, elle rentrait dans la maison, elle détestait les enfants… Moi, je ne l’aimait pas bien, non plus, la ponette.

     

    Ma grand-mère a les calendriers « peint savec la bouche ou avec le pied » de je ne sais plus quelle association.

     

    Ma grand-mère n’est pas une mamie-gâteau. Elle n’aime ni faire, ni manger les gâteaux.

     

    Ma grand-mère est tout mince.

     

    Ma grand-mère boit un petit porto, à l’apéro et elle a toujours une demie-bouteille de champagne au frigo.

     

    Ma grand-mère lit Libé.

     

    Ma grand-mère s’est mise au piano il y a 5 ans.

     

    J’ai vu ma grand-mère danser « tous les légumes, au clair de lune (avec la pomme de terre qui sautait en l’air et le chou-fleur qui se dandinait avec ardeur) » il y a 3 ans.

     

    Ma grand-mère ne peut plus faire ce qu’elle veut et ça l’énerve un peu (beaucoup)

     

    Ma grand-mère trouve que ce que je fais est épatant.

     

    Ma grand-mère envoie des super colis pour les anniversaires des enfants. Il y a beaucoup de scotch, de la ficelle, un gros cadeau pour celui dont c’est l’anniv et des plus petits cadeaux pour tous les autres. Elle fait des étiquettes toutes découpées, super chouettes et des cartes, personnalisées pour chacun des enfants. Elle ajoute une enveloppe, avec un sous dedans (un gros sous quand-même, je trouve… comme les enfants ont déjà plein de cadeaux, je mets le sous sur un compte… pour plus tard)

     

    Cette année, ma grand-mère m’a envoyé un mail. Elle ne mettra pas de sous. Elle a décidé que, cette année, elle allait donner les sous aux associations qui s’occupent d’aider les migrants à Calais.

     

    Ma grand-mère est simplement formidable.

     

    Elle me donne envie de croire à l'avenir... Ma grand-mère, c'est l'avenir !

     

    Ces sous, je n’en ai pas besoin. Ils ne vont pas me manquer.

     

    Je l’ai dit à l’aînée. Tout de suite, elle m’a dit « ouaiiiiis », un vrai « ouais », enthousiaste.

     

    L’aînée est formidable.

     

    Je l’ai dit à la cadette, elle m’a dit « oooh, ben ça c’est super chouette, c’est un peu comme si c’était moi qui donnait des sous ».

     

    La cadette est formidable.

     

     

     

    La question n’est pas de savoir si c’est bien ou pas que les migrants soient à Calais. La réponse, c’est que ma grand-mère est humaine, humaniste, ouverte et concernée par le monde.

     

    Voilà.

     

    Quand je vois les sondages pour les départementales, je frémis, j’ai mal à mon pays, j’ai mal à la générosité, à l’humanisme…

     

    Et dire qu’il y a 2 mois, la France entière était Charlie…

     

     

     

    Alors, aujourd’hui, je vais regarder mon nombril familial et me dire simplement que ma grand-mère est très formidable.

     

    Et c’est tout !

     

     

     

    (Il va sans dire que je virerai tous les com haineux et bas du front… J’en ai trop lu sur les pages des journaux locaux. J’en ai vomis mon 4 heures certains jours. Et puis, demeure le droit de ne pas me liker… m’en fiche un peu ! Je ne tire aucun profil de ce blog)

     

     

     

    Je vous fais des bécots !

     

    Allez, je suis sur FB !! Zou !

     

    Sinon, j'ai publié plein de photos sur Marie Poulette, c'est mon deuxième blog...et là aussi !

     

    Est-ce une bonne idée que ma grand-mère soit formidable ???

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    31 commentaires
  • Oui, je m’y mets un peu tard.

    Mais avec l’acquisition de la Chaumette, il fallait que je me mette à la gritare (comme dit la petite benjamine). Un peu comme si c’était le destin qui m’appelait…
    Alors bon, je le dis tout net, le destin est un con.

     

     

    Vu le nombre de personnes around the world qui en jouent (et aussi around de moi), je m’étais figurée, que la guitare, ça ne devait pas être super compliqué voire même un peu fastoche.

     

    Sa mère, oui !!

     

    Je pensais, avec un sens du cliché tout à fait inné que pour jouer de la guitare, il fallait avoir deux choses : les cheveux longs et boire des bières. (et une guitare aussi, ça aide, du coup, ça fait trois choses)

    La guitare, je l’ai achetée.

    Mes cheveux sont en phase de repousse.

    Et j’ai bu tellement de bières entre 18 et 28 ans, que la guitare, ça allait être les doigts dans les nez.

    (Encore que jouer avec les doigts dans le nez, ça ne s’appelle plus du talent, mais du génie)

     

    Je me aussi inscrite à des cours.

    La cadette a fait pareil… (Vu qu’elle n’a jamais bu de bières, question compétences, j’étais sûre d’avoir de l’avance)

    La cadette est dans le cours débutant-enfants-qui-n’ont-jamais-bu-de–bières.

    Moi, je suis chez les adultes… Débutants aussi.

     

    Déjà, quand je suis arrivée au premier cours : le choc !
    Le prof n’a pas un poil sur caillou.

    Chauve !
    (Bon, alors, il doit compenser avec les bières)

     

    Dans mon cours, il y a Maurice, qui doit avoir 25 ans de plus que moi et une grappe de poulettes qui doivent avoir 25 ans de moins (oh, ça va, hein !).

    Et le prof, qui a mon âge.

    Maurice, il ne voit ni de près, ni de loin.

    Les poulettes gloussent.

     

    Alors, c’est simple, c’est clair, c’est net : pétard, sa mère, la guitare, c’est super difficile, ça fait putain de mal sa race (ça tue le bout des doigts, ça ruine le poignet) et fuck, malgré toutes les bières que j’ai bues, je suis mauvaise. Je fais des efforts, je travaille et je galère.

     

    La cadette, elle, elle se balade.
    Des fois, elle me demande des trucs :

    - Tu connais l’accord de Ré ?
    - Non.
    - Moi, oui..
    - Oh ! ça va, hein ! T’as déjà bu des bières, toi ?

    - Non ! Pourquoi ??
    - Pour rien. Et puis, tiens ta guitare à l’endroit, d’abord !
    - Mais !!!!! Je suis gauchère !
    - Et ben, tu viendras frimer quand tu seras droitière !!

     

    (Je vis hyper bien que la cadette soit plus balèze que oim)

     

     

    Pour l’instant, on a travaillé quelques morceaux, du Bob Dylan, c’est cool, du Bob Marley… c'est bien aussi...

     

    Et puis, un jour, mon prof, qui a mon âge, a dit : Tiens, on va faire Clandestino de Manu Chao. C’est bien Clandestino, tout le monde connaît !

    Maurice, il ne connaît pas Clandestino.

    Les poulettes, elles ne connaissent pas Clandestino.

    Moi, je connais !!!

    Alors, avec le prof, on regarde… Pétard, Clandestino, c’était en 1998…

    Maurice dit : "en 1998, j'étais déjà vieux".

    Et les poulettes gloussent : « hé, hé, on était pas nées » !!!

     

    (Ta gueule, les poulettes)

     

     

    Mercredi, la cadette est revenue de son cours avec son nouveau morceau.

    ACDC

    Highway to hell

     

    Mercredi, mon prof a dit : tiens ! on va faire un nouveau morceau.

    Cool, j’ai pensé.

    Je suis revenue de mon cours… avec du Michel Sardou.

    Du Michel Sardou, quoi !

    (Maurice et les poulettes connaissaient le morceau et pas moi)

     

     

    Voilà.

    C’est tout.

    J’ai mal aux doigts, sa mère !!!

     

    Sinon, je suis sur FB… (ça, Maurice et les poulettes connaissent, c’est sûr)

    (et je suis fin contente de ma photo !)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • L'année dernière, j'ai eu 40 ans.

    C'était un cap. Plutôt pas mal pris. (enfin, je ne le prends pas trop mal, quoi)

    Cette année, fatalement, j'ai 41 ans.

    C'est un peu pourri, 41 ans. Ça ne ressemble à rien.

    Un peu comme moi, ce matin.

    Je me suis croisée. Hiiiiiii ! J'ai eu peur. Une patate rouge à la place du pif, des cernes aussi noirs que mes nuits sont blanches. (oui, j'ai vérifié, "cerne" est masculin)

    Pétard, je me suis fait peur. Ce matin, j'ai eu 76 ans (minimum)

     

    L'aînée m'avait préparé un cadeau : deux tiges, sur l'une un œil (je peux voir à travers), sur l'autre, un cœur (je peux aussi regarder au travers). Elle m'a dit : ce sont deux fleurs, la première te permet de voir les défaut avec les yeux, la seconde, de voir mieux avec ton cœur (oui, elle travaille sur le petit prince), c'est à toi de choisir comment tu veux regarder. j'ai trouvé ça balèze (à 7h12, c'est balèze). D'une grande sagesse. D'un coup, l'aînée a eu la sagesse d'une centenaire.

    Si l'aînée à 100 ans, alors moi, j'ai eu 129 ans.

     

    A 10 heures, j'ai reçu un bouquet de mon chéri. J'ai eu 28 ans.

     

    Ce midi, je suis allée chez le dentiste (oh ! ça va, on fête son anniv comme on peut). Mon dentiste, je l'adore. Il met la musique fort, il est marrant, il tricote des kit Peace and Wool avec sa fille.

    Même s'il est cool, je déteste qu'on me fourre des objets coupants et qui font du bruit dans la bouche (et puis, surtout, je ne peux pas parler, et ça, j'aime pas)... et en vrai, j'ai peur.

    Ce midi, chez le chir-dent, j'ai eu 5 ans.

     

    Pour me réconcilier avec la life, en sortant, je me suis offert un truc que je n'étais pas offert depuis des années. Un sunday caramel (avec des petites cacahuètes dessus). Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! j'ai eu 14 ans ! (oui, on a les plaisirs qu'on peut)

     

    A la sortie de l'école, la petite benjamine m'a demandé mon âge... J'ai fait ce qu'il ne faut jamais faire, j'ai dit "à ton avis ?". Elle a répondu "euhhhhhhh... 300 ???"

    Cet après-midi, j'ai eu 300 ans.

     

    Sur la route, j'ai encore râlé sur les vélos qui roulent sur le trottoir, sur les crottes de chiens... j'ai eu 74 ans... (et une blouse à carreaux)

     

    Ce soir, j'ai reçu une lettre de ma maman, avec des sous dedans. Et un mot : "ci-joint un p'tit sou. Oui, je sais que tu as grandi ! Mais ma mère fait pareil avec moi et ça me fait rire de m'acheter un truc perso,perso..."

    Alors, j'ai réfléchi, j'ai compté. Dans 8 ans (c'est à dire demain), j'aurai l'âge qu'avait ma grand-mère quand je suis née.

    D'un coup, je n'ai plus su mon âge !

     

    J'ai 41 ans et un nouveau composite sur les dents.

    J'ai 76 ans, j'ai 5 ans, j'ai 14 ans...

     

    J'ai 41 ans, ça n'est pas folichon, mais ça n'est pas pire non plus !

    (merci à toutes et tous pour vos mots doux, gentils, drôles...)

    Et il reste 2 parts de tarte citron... peut-être même que j'y planterai quelques bougies pour faire un vœu en soufflant ! (m'en fous, j'ai 8 ans)

    Hey ! Je suis FB : c'est làààààààà !!

     

    Est-ce une bonne idée d'avoir 41 ans ???

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires
  • Je l’avoue, je ne regarde pas The Voice. Tout au plus, je regarde d’une oreille et j’entends d’un œil. C’est dire si j’y connais quelque chose.
    Bref, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, comme aurait dit mon père qui était très classe. (Comment ça, une fille ne peux pas dire ça ? Je dis ce que je veux, d’abord !)

     

    Bref !

     

    J’apprends que le petit jeune homme aux cheveux qui brillent tellement il met de la gomina est numéro un des ventes de disques.

    J’apprends qu’il va faire une tournée qui s’annonce triomphale.

     

    En vrai, je m’en fous. Sauf que ce jeune homme s’appelle Kendgi Girac et qu’il est gitan.

     

    Et moi, je suis un peu con.

    Quand j’ai entendu qu’il cartonnait, la première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est « tiens, peut-être que les gens sont moins obtus que d’habitude et qu’ils n’ont plus d’aprioris (pas contre la gomina, mais contre les gitans, les aprioris) »

     

    Je suis un peu con !

    5 minutes après avoir pensé ça, je vois un post sur mon fil d’actualités : « Kendji Girac commence sa tournée, planquez vos autoradios. LOL »

    Et plus loin, un truc genre : « il arrive avec 200 caravanes. EXPTDR » « faites gaffe, il est armé, ils ont tous des fusils. MDR »

    (Ou un truc du genre… ça ressemblait)

    Je suis un peu con.

     

    Je n’ai pas trouvé ça drôle. Je n’ai pas d’humour, il paraît.

    J’ai trouvé ça raciste. Je dois être psychorigide.

    Je suis vraiment con.

     

    Je pensais que :

    Aimer Mickaël Jackson, c’était aimer aussi les noirs (oui, mon exemple est vraiment tout pourri)

    Aimer le couscous, c’était aimer la culture arabe (oui, je fais dans le cliché débile, c’est fait exprès)

    Aimer Carlos, c’était être tolérant avec les gros.

    Aimer Kendji Girac, c’était regarder les gitans différemment (mais pas la gomina… non, pas la gomina !)

    Qu’aimer Charlie, qu’être Charlie, c’est être moins cons qu’avant. Qu’être Charlie, c’est être contre le racisme et l’obscurantisme.

     

    Mais en fait, on n’aime les noirs que quand ils sont blancs.

    On n’aime pas les cultures venues d’ailleurs, on aime la bouffe.

    On n’aime pas les gros, on aime les rigolos.

    On n’aime pas les gitans, on aime la guitare (mais pas la gomina. Définitivement, non)

    On n’aime pas la liberté de presse, on aime les drames (en vrai, c’est affreux pour moi d’écrire ça)

    En fait, on est tous des cons.

     

     

    Et c’est bien triste.

     

    En 98, on a cru à la France Black Blanc Beurs… quelques semaines.

    On est des cons.

    Le 11 janvier tout le monde s’aimait… mais le 3 février, c’est déjà fini.

    On est vraiment des cons.

    On gâche tout…

     

     

    (Et la gomina existe, et ça, c’est moche)

     

    Sinon, je suis sur FB… et c’est parfois moche aussi !
    Ah oui ! Je laisse toujours les com... Même ceux qui ne vont pas dans mon sens. En revanche, je vire toujours ce qui est haineux, raciste, facho....

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • Ça y est. On y est.

     Dans le quotidien-quotidien.

     La vie a repris son cours, le cours où l’on court.

     Juste une journée.

     

     

     

    Lundi matin.

     Se préparer.

     Lancer une machine avant de partir.

     

    7h30 quitter la maison.

     Déposer l’aînée au collège.

     Déposer Ce Bébé à la crèche.

     

    Être dans les temps, jusqu’au moment où on perd son temps dans les bouchons.

     Arriver tout juste-juste au boulot.

     Juste une journée.

     

    Enchaîner. Découvrir. Partager. Se réjouir. Se marrer aussi. Être attentive.

    Voir son portable vibrer « Ecole »…

    Gérer avec le chéri. Aujourd’hui, on ne peut pas y aller. Vraiment pas. Le chéri non plus. Pour la première fois, sortir la carte « chance » Mamie.

     Se replonger dans le boulot en ayant un petit morceau de cerveau branché sur la petite dernière qui vomit.

     

    Faire une pause. Grignoter. Tirer son lait.

     Juste une demi-journée passée.

     Lundi midi.

     

     

     

    Enchaîner encore.

     Retafer. Re-tirer son lait.

     Journée de travail terminée.

     

    Grimper illico presto dans son auto.

     Bouchon… bouchon…

     Tenter de récupérer 5 enfants dans 4 endroits différents en moins d’une heure…

     Y parvenir.

     

    Rentrer à 18 heures.

     Nouvelle journée.

     Ecouter, rassurer, consoler. Câliner. Soigner.

     Assurer que le jogging craqué, ça n’est pas grave. Se désoler un peu plus pour le genou écorché.

     

    Entendre les notes bonnes et moins bonnes.

     Répondre.

     Vider le lave-vaisselle.

     Gérer les devoirs du benjamin… et la petite punition (pas volée) pour bavardage. Le voir content de prendre le temps de s’appliquer à écrire entre les lignes.

    Étendre le linge. Lancer une seconde machine.

     

    Gérer 5 bains express.

    Réchauffer la soupe faite la veille.

     

    Faire une tétée-câlin avec Ce bébé.

     

    Embrasser le papa qui rentre.

    Le laisser gérer le coucher-histoire-chanson.

    Embrasser les mouflets.

     

    Une journée ???

     

    Espérer.

    Espérer pouvoir poser ses fesses. Au moins pour la soirée.

    Ne pas se jeter sur les cacahuètes.

    Finir plutôt le riz Korma du papa, fait la veille.

    Lundi soir.

     

    Une journée. Ni pire, ni meilleure.

    Une journée qui sera suivie de nombreuses autres…

    Une journée pleine de lendemains.

     

    (et super merci à Mamie qui a géré le vomi)

     

    Heyyy ! C’est dingue, mais je suis sur FB ! (dingue !)

    (et pitié, épargnez moi les com sur les punitions... Vous ne savez rien du benjamin, ni de sa maîtresse ! Merci :) )

     

    Est-ce une bonne idée que la vie reprenne son cours ???

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique