• Question de saison, s’il en est…

     

    Avant, on croyait aux fées, aux lutins, aux dragons, aux loups qui mangent les enfants… au père Noël.

     

     

     

    Et v’là que vlan, je lis que c’est mal. Que c’est mentir.

     

    Et mentir, c’est mal.

     

     

     

    Bon.

     

    Certes.

     

     

     

    Il est vrai que le père Noël est une invention de coca (un peu repompée sur le Saint Nicolas).

     

    Que c’est uniquement fait pour nous faire dépenser les thunes qu’on n’a même pas. (Alors on fait des crédits qu’on ne peut pas rembourser, du coup les huissiers saisissent notre bagnole, on divorce et on finit par sombrer dans l’alcool sur un trottoir). En vrai, c’est moche, Noël.

     

    Qu’on offre des trucs faits par des gens exploités au bout de la planète.

     

    Que Noël, c’est l’anniv à Jésus, alors pourquoi c’est aux enfants même pas sages qu’on fait des cadeaux ???

     

     

     

    Tout ça, c’est vrai.

     

     

     

     

     

    Chez nous, y’a un père Noël qui passe.

     

    On met des sucres et une carotte sous le sapin pour son âne (oui… je sais que c’est St Nicolas qui a un âne, pas le père Noël. Mais, c’est comme ça, le père Noël de chez moi, il a un âne qui bouffe des carottes et qui met des sucres dans ses poches. Le cochon !)

     

    Les enfants montent, avec les mamans, souvent.

     

    On entend. On entend seulement.

     

    La sonnette. Et puis un papa qui dit « bonjour père Noël »

     

    Une grosse  voix qui parle « J’apporte les cadeaux. Ho ! Ho ! Ho ! »

     

    Et les pas d’un âne, aussi délicat qu’un hippopotame. (Il a vraiment un problème, notre âne)

     

    Et puis « Au revoir, Père Noël »

     

    Quand on descend, y’a une carotte juste croquée mais y’a plus de sucre…

     

     

     

     

     

    On sait tous que c’est un tonton qui fait le père Noël.

     

    C’était déjà comme ça quand j’étais enfant.
    C’est du flan. On adore.

     

     

     

     

     

    On a tout à fait le droit de ne pas croire.

     

    De dire aux enfants que c’est juste une histoire (en même temps, je suis persuadée que les enfants, au fond d’eux, le savent… )

     

    En revanche, on n’est pas obligé de s’acharner sur les « pro-père Noël » en leur disant qu’ils font vivre leur famille dans le mensonge et le chantage.

     

    Non, on n’est pas obligés…

     

     

     

    Mais je me pose une question : vu que plus personne ne croit aux fées, aux loups, au père Noël… Que va-t-il rester pour que le monde soit moins moche ?

     

    Les vœux aux étoiles filantes ?

     

    Ben non, c’est complètement con de faire des vœux aux étoiles filantes. Quel est le pouvoir d’une météorite qui s’enflamme en passant dans l’atmosphère ?

     

    Voir des lettres dans les pelures de pommes ? Et puis quoi, encore ?

     

     

     

     

     

    Le monde n’est que réactions chimiques et physiques !

     

    La poésie n’existe donc pas ??

     

     

     

    Alors, à quoi on croit ???

     

     

     

    On croit en l’humanité ? Sérieux, j’ai des doutes.

     

    En ce moment, j’ai quand même super l’impression qu’on croit plus aux borgnes qu’aux Capitaine Crochet, qu’on fait plus une chasse aux sorcières qu’une préservation des fées…

     

     

     

    Et avec tout ça, j’y dis, au benjamin, que le super château qu’il aura à Noël a été trouvé sur le bon coin, qu’on l’a récupéré sur un parking… parce que c’était moins cher ?

     

     

     

     

     

    (Que les choses soient claires, je n’aime pas les commentaires haineux, racistes et intolérants ! Je les virerai. Je veux bien tolérer qu’on me dise que je monte les trucs en épingle, que je suis frustrée ou chouineuse… Mais, mon blog n’est pas un déversoir à saloperies !)

     

     

     

    (Que les choses soient claires (bis) : je n’ai rien contre les anti, les pro-PN, les croyants tout court… Au contraire, chacun fait ce qui plait et c’est très bien comme ça. En revanche, j’ai beaucoup contre les intolérants de toute sorte. Pour tout dire, ça me casse les ovaires menu-menu)

     

    Alleï ! Je suis FB (et même que des fois, je suis de bonne humeur !)

    Et bonnes fêtes à tous !

     

    Est-ce une bonne idée que le père Noël existe ????

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • Ça faisait un moment que ça menaçait.

    Et puis, c’est sorti d’un coup, ce matin, au petit dèj, après avoir ramassé une Nième chaussette.

     

    Mes chères filles, mes chers garçons, mon chéri tout court,

     

    Moi, co-présidente de  la république de notre famille, élue à l’unanimité dans le secret de mon utérus, je vous déclare solennellement que j’en ai ras-le-bol, ras-la-casquette… en un mot comme en cent, je vous le dis tout net : j’en ai ras-le-cul.

     

    Devant l’évidente poussée de votre poil dans la main, (à mon avis, ça n’est plus un poil, mais une touffe), je dois prendre les mesures qui s’imposent.

    Face à votre indéniable capacité à peigner la girafe, je m’insurge et, moi, co-présidente, je me révolte !

     

     

    Mes chères filles, mes chers garçons, mon chéri tout court, 

     

    Je constate tous les jours l’implacable attraction terrestre qui fait que les manteaux que vous lâchez en rentrant de l’école se retrouvent irrémédiablement au sol…

     

    C’est cette même gravité qui fait que vos serviettes de bain humides jonchent le sol de la salle de bain à chaque toilette.

     

    De même, je dois vous apprendre une chose : bien que fréquentant avec une grande assiduité les pieds, les chaussettes, elles n’en ont pas (de pied)… Elles ne sont donc pas capables de rejoindre le filet à chaussettes seules.

     

    Il en est de même avec vos fringues sales : les tas constituent, certes, un chouette parcours d’obstacle, mais là n’est pas leur destin.

     

    J’évoque rapidement les mouchoirs en papiers usagés qui, tels les cailloux du petit poucet, font un très bon parcours fléché, conduisant irrémédiablement vers le plus enrhumé.

     

    Les trucs accumulés dans l’escalier ne montent pas seuls non plus.

     

     

    Il faut que je vous parle clairement, les yeux dans les yeux, je vous le dis (vous allez être déçus) :

    - Les manteaux ne lévitent jamais, jamais jusqu’au porte-manteaux, c’est moi qui les ramasse.

    - Les serviettes ne s’étendent pas seules, c’est moi qui les pose sur le sèche-serviettes.

    - Les chaussettes n’ont pas le sens de la migration vers le filet, c’est moi qui les met dedans.

    - Les fringues sales ne sautent pas d’elles-mêmes dans le panier de linge sale, c’est moi qui les fourre dedans.

    - Et les mouchoirs ? Ils trouvent seuls le chemin de la poubelle ? Ou c’est l’ogre qui les bouffe ??? Non, non et  non ! C’est moi qui les ramasse et qui les fout à la poubelle.

     

    Mes chères filles, mes chers garçons, mon chéri tout court, 

    Je vous le dis tout net :

     

    JE FAIS LA GREVE DE LA BONICHE !!

     

    Vous allez dès à présent prendre vos petites mains, les sortir de… vos poches et me faire le plaisir de ramasser vos cochonneries.

    Maintenant.

    Tout de suite.

     

    Je conserve bien sûr mes fonctions secrétaire d’état au lavage des fringues, au pliage  de tee-shirt…

    Le co-président garde son mandat de videur de lave-vaisselle ainsi que celui de Ministre de la purée.

    Tous deux, nous serons à votre écoute pour les missions de devoirs, de chagrins, de nez bouchés ainsi que pour toutes les autres tâches qui incombent à la fonction de parent.

    Je continue, bien entendu, à être disposée à remplir mes fonctions de câlineuse.

    Mais, je ne démissionne de ma fonction de voiture-balai.

     

    Je vous remercie de votre attention.

     

    C’était une allocution de la co-présidente de la République de la famille.

     

    (Bon, en vrai, ça n’a eu qu’un effet assez mineur. En revanche, je lutte contre moi-même pour ne pas ramasser leurs cochonneries. Mais, en vrai de vrai, je ne supporte plus très bien d’avoir à ramasser le merdier de tout le monde. Des mesures seront prises, foi de co-présidente !

    En vrai de vrai de vrai, j’ai juste dit, ce matin : « alors, que les choses soient claires, vous allez me ramasser tout votre bazar, parce que, y’en a ras-le-bol »… le tout en pyjama. Ça en impose moyen)

     

    Sinon, je suis sur FB… On rigole aussi !

     

    Est-ce une bonne idée de faire une allocution solennelle au petit déjeuner ???

    (la photo n'a pas grand chose à voir... c'est vrai ! :-) )

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    8 commentaires
  • Mais en voilà une question qu’elle est bonne !

     

    Je roule dans ma voiture. Je suis une femme qui conduit.

    J’entends les infos à la radio. Je suis une femme informée.

     

    On y dit que le PDG de Carrefour n’est pas pour les ouvertures des hyper le dimanche. En revanche, il est pour l’ouverture des moyennes surfaces…

    Et il est aussi pour l’ouverture tardive, en semaine. Parce que LA femme travaille.

     

    Euh… Je suis une femme perplexe…

     

    Certainement que ce Monsieur pense que LA femme est mal organisée et qu’il va lui simplifier la life en ouvrant ses moyennes surfaces, le soir ? (faudra au passage qu’il m’explique comment vont faire LES femmes qui bossent aux caisses pour gérer leur life perso, mais, c’est une autre question).

     

    Peut-être que ce Monsieur pense que LA femme va pouvoir se détendre un peu, en flânant entre le rayon mou de veau et le rayon serviettes hygiéniques, le soir, en rentrant de son travail.

     

    Il pense peut-être, que LA femme, une fois son travail terminé, va récupérer SA marmaille à la garderie, qui ferme à 18 heures (et que c’est bien galère), qu’elle va prendre SES moufflets sous le bras et se coltiner les achats de purée lyophilisée, rentrer et touiller la mousseline en chantant ??? Après, elle va se coltiner les chaussettes sales, le lave-vaisselle, la litière du chat ? Ce Monsieur le PDG de Carrefour croit certainement, que c'est son boulot, à LA femme... Que c'est obligé que ce soit elle qui fasse ça, vu qu'elle est LA femme.

     

    J’ai juste une question, Monsieur de Carrouf. Je suis une femme pleine d’interrogations.
    Que fout L’homme pendant que LA femme se coltine les courses ?

     

    Ahhhh ! Certainement que L’homme ne travaille pas. L’homme, lui, il crée, il produit, il dirige, il cherche, il répare, il restaure… Mais il ne travaille pas, il fait des trucs importants, lui ! (Comme dire des conneries dans un micro) Bref, à 19h, il est claqué, alors il n’a pas envie de se farcir les courses.

     

    Oui, mais, j’ai juste une suggestion : est-ce que, on pourrait imaginer, que un soir sur deux, ce soit L’homme qui se farcisse les courses pendant que LA femme rentre direct du taf ?

     

    Bon, je sais que c’est parfois illusoire, mais Monsieur Carrouf, j’aurai apprécié que vous sous-entendiez que LES hommes fassent aussi les courses, après le boulot.

     

    Je suis UNE femme qui rêve un peu des genoux…

     

    Je suis aussi sur FB, vous pouvez liker !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    19 commentaires
  •  La plupart du temps, on va à l’école à pied, à pinces (c’est vrai que c’est facile tant que je suis en congé mat).

    Ça nous permet de papoter.

     

    C’est aussi très ludique, parce qu’on doit éviter les crottes de chiens, tâcher de ne pas se faire réduire en miettes par les vélos qui confondent les trottoirs avec la piste cyclable... C'est vraiment très marrant.

     

    Ça devient encore plus drôle en arrivant près de l’école.

     

    Y’a plein de voitures garées comme des pieds et qui ne se font pas pincer. Ça nous oblige à marcher sur la route ! C’est hyper drôle, on peut se faire écraser !!

     

     

     

    (Je crois que si certains pouvaient se garer devant la porte de classe, ils le feraient)

     

     

     

    Bref ! Ça, c’était avant !
    Les parents ont râlé. La mairie a mis la police devant l’école…

     

     

     

    Ce matin-là, on passe devant des voitures, sagement garées sous des arbres.

     

    Le benjamin : Hé ! Maman ! Les voitures ne vont pas recevoir de noix.

     

    Arrêt de la troupe. Réflexion intense de la reum…

     

    La mère : Euh… Non, tu as raison… Ce sont des pruniers, je crois et puis, c’est pas la saison.

     

     

     

    Arrivée devant l’école.
    Pas une voiture ne sort du rang.

     

    La police est là.

     

    En fait, c’est le Monsieur de la police qui est là.

     

    Le benjamin se précipite : Monsieur, monsieur, c’est toi qui fait les noix ???

     

     Intense réflexion de la lice-po :

     

    La police : Euh… Les lois ? Non, ça n’est pas moi, moi, je vérifie qu’elles sont respectées, les lois, c’est le gouvernement et puis le parlement, toussa, toussa, tu comprends ?

     

    Le benjamin : Ben non, c’est toi qui comprend rien : les noix, j’ai dit ! C’est toi qui met les noix aux voitures aux voitures mal garées ???

     

    La police : euh… euh… euuuuuuuh…

     

    La cadette, au benjamin : Aaaaaaaaaaah !!! Les amendes, pauv’ pomme ! Les amendes, pas les noix !!!!!!!

    (elle est forte, la cadette, elle parle très bien le benjamin)

     

     

    (bon, sinon, je suis fb… Je suis super à la bourre dans mes publi, à la ramasse totale !)


    Sans rapport aucun, je vous un lien qu'une lectrice à partagé avec moi. Il est sur le regard qu'on porte au handicap, il est très joli, vraiment...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Des idées, normalement, tout le monde en a.

     

    Parfois on en des bonnes.
    Des fois, des pourries.
    On peut aussi avoir des idées noires, mais ça, c’est autre chose.

     

     

     

    Pour avoir des idées, il faut avoir un cerveau et un cœur.

     

    Une idée, ça germe avec l’imagination.

     

    Ensuite, ça s’entretient, ça se cajole, ça s’enrichit.

     

     

     

    Les idées peuvent se donner, s’échanger, se partager.

     

     

     

    Mais parfois, ça se vole.

     

    Il paraît qu’une idée, ça ne se protège pas…

     

    Ma mère me disait « si tu t’es fait prendre ton idée, c’est qu’elle était bonne ».

    Maigre consolation.

     

     

    Mon chéri, des idées, il en a plein… plein… : des stickers-fleurs à mettre sur les paraboles pour rendre les villes jolies, des sakagilés (vous avez qu’à aller voir , des filtres à café pré-gradués (pour les quiches qui ne savent pas faire de café... Idée envoyée aux fabricants de filtres, idée refusée... idée retrouvée sur des filtres, à l'expiration de la protection du modèle...)

     

     

    Et puis, un jour, alors que nous faisions une longue route, il a eu l’idée de mettre des QR codes dans de la vaisselle. (Si tu ne sais pas ce que c’est, tu cherches !)

    Quand tu as fini de manger, de boire, tu flashes avec ton tel et tu as une petite histoire, une chanson, un dicton…

     

     

     

    Une idée rigolote !

     

    Et puis le hasard a fait que nous rencontrions, de manière informelle et totalement fortuite, le PDG d’une grande entreprise de vaisselle, qu’on lui parle de cette idée et qu’il dise au chéri « oh ! c’est sympa, on cherche justement un nouveau concept pour Noël. Voici ma carte ! »

     

    Alors, le chéri est allé à Paris, en rendez-vous officiel, (sur ses deniers), il a tout dit, tout déballé, toutes les pistes qu’on avait exploré.

     

    Il a tout déballé, ils ont été emballés.

     

    On a fait des devis, des plannings.

    J’ai réfléchi aux histoires que je devais écrire pour la gamme enfants.

     

    On a tout donné. On a fait confiance.

     

     

    Et puis, plus rien, plus de nouvelles… Le temps a filé, le moment où j’aurai dû rendre mes premières histoires est passé…

     

     

     

    Alors, il a appelé. Mon chéri. Pas l’entreprise, naaaaaaaan…

    On lui a dit que finalement, l’idée n’était pas gardée…

     

     

     

    Sauf que, sauf que… on voit maintenant passer des pubs pour de la vaisselle, avec un truc à flasher et ça renvoie sur des proverbes.

    Mais rien à voir, vu que ça n’est pas un QR code, mais une reconnaissance de forme… en gros, c’est comme si on leur avait proposé un modèle de tasse, en bleu et qu’ils reprenaient le modèle en rouge.

     

    C’est une grosse entreprise.

    Très grosse… très très connue… Pleine de thune, mais avec peu de scrupules.

     

     

     

    Parce qu’une idée, ça ne se protège pas, ça se vole, ça se pique.

     

     

    (bon, si jamais y’a un avocat dans salle, je suis preneuse. Quoique, en sachant que eux, ils ont plein de thunes et nous pas, ils savent bien qu’on ne fera rien)

     

     

    Allez, zou, je suis sur FB !

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique