• Est-ce une bonne idée d'aller voter demain dans le Nord ???

    Demain, je dois aller voter.

    Je dois y aller, parce qu'il faut y aller.

    Parce que je vais toujours voter.

     

    Et parce que l'autre, ce n'est pas possible.

     

    Je ne sais pas encore ce que je vais voter.

    Je ne sais pas si je mets du vent dans l'enveloppe ou si je vote Bertrand.

    Mais, qui vote le vent récolte la tempête. Non ?

     

    Et puis... y'a l'autre. C'est pas possible l'autre.

     

    Mais, j'ai vécu 2002, je suis allée voter, debout, tête haute, certaine de faire bien, certaine de faire mon devoir.

    Et j'ai vécu l'après 2002, dès le tout de suite après, j'ai bien compris que j'avais été utilisée, que ma voix de gauche, cachée dans un bulletin de droite avait été prise par Jacques Chirac pour lui, comme si je lui avais fait un cadeau.

    Ça n'était pas un cadeau, c'était un prêt, en confiance. Il a tout pris, n'a rien rendu, même pas les intérêts, il a tout gardé.

    Un bien mal acquis, en somme. Dans tous les sens du terme.

     

    Mais, y'a l'autre... C'est pas possible, l'autre.

     

    Et y'a eu les consignes gerbantes de Sarko. Qui a mis en parallèle le FN et les socialistes. Je ne suis pas socialiste. Je suis de gauche. Et certaines déclarations, dimanche, des portes ouvertes et d'autres qui claquent. Pas les bonnes.

    Et j'ai bien eu l'impression que j'irai voter à genoux.

     

    Et puis, l'autre-là, qui attend, qui s'attend à ce que je ne vote pas, qui aimerait ça. Que je ne vote pas, qu'on ne vote plus une fois qu'elle sera élue. Vous y croyez ? J'y crois.

     

    Et quelques grandes déclarations pour m'amadouer. Me dire qu'on comprend mon sacrifice.

    Mon sacrifice.

    Parce que c'est dur.

     

    Il y a l'autre... l'autre... Pas possible.

     

    Je voudrais aller voter tête haute. Mais je n'y crois pas.

    Je vais essayer de voter debout.

    Quoi ? Je ne le sais pas encore.

     

    Il a l'autre. Elle me fait peur...

     

    J'ai l'impression d'être devant un choix philosophique, presque métaphysique. Voter c'est un choix. Est-ce que je choisis vraiment.

    Y'a le mal.

     

    Et je vous jure que c'est dur.

     

    (je n'ai rien contre les gens de droite. J'en connais de très bien. Comme je connais des cons de gauche)

     

    Voilà.

    Love sur vous.

    Debout !

    Je suis sur fb : profil perso marion cailleret ou page on n'a pas 4 bras

     

    La photo, c'est une expo que mon cher et tendre a faite, en 2012, pour que l'aînée explique le bureau de vote aux enfants de l'école. Nous l'avons ressortie lundi, elle est à l'école. (toutes les photos sur mon second blog : Marie Poulette)

    Est-ce une bonne idée d'aller voter demain dans le Nord ???

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Décembre 2015 à 14:27

    Tout à fait d'accord avec toi pour cette dernière phrase entre gens de droite et gens de gauche. Moi ici je sais pour qui je vais voter car j'ai le choix j'ai de la chance ! Mais je me suis dit toute la semaine (interventions racoleuses de tous les politiques, tous !) que si j'étais dans un cas comme le tien je ne sais pas ce que je ferais vraiment vraiment et même peut-être je n'irais pas ! Après tout c'est une marque de révolte comme une autre quelquefois et à condition bien sûr que ce soit pour ça et non par indifférence. Je comprends ton dilemme, bon courage Marion :) 

    2
    Samedi 12 Décembre 2015 à 14:52

    Même genre de choix ici aussi, sauf qu'il y a trois listes et que c'est pas simple ...

    L'autre, il me fait peur aussi je crois ...

    3
    Samedi 12 Décembre 2015 à 18:17

    ici aussi, dans l'est, y'a l'autre dont je ne veux absolument pas... et l'un qui s'est maintenu contre l'avis de son parti... mais que je comprends, parce que c'est vrai quoi : si droite et gauche se désistent l'une pour l'autre, juste pour ne pas que l'autre soit élu, ben ce serait comme dit l"autre, bonnet blanc et blanc bonnet (et je dois dire que là-dessus, je suis assez d'accord).
    Oui, voter devrait être un choix, "voter pour" plutôt que "voter contre"... mais est-ce encore vraiment possible ?
    J'en doute...
    Il nous faudrait une sixième république, quelque chose qui permettrait de redonner un souffle nouveau à cet acte de voter, si important, et si cruellement flippant !

    4
    Anne B.
    Samedi 12 Décembre 2015 à 21:36

    Je suis du Pas de Calais, et dans la même situation que toi...

    En plus la représentante du Pas de Calais est la maire de notre ville.... et du coup j'ai encore plus de mal à voter pour cette liste.

    Mais bon, tout plutôt que l'Autre....

    Mes jumeaux de 7 ans nous ont demandé si on allit voter pour le même que la dernière fois, j'ai répondu non, expliqué pourquoi, et de fil en aiguille, j'en suis arrivée à expliquer ce qui pourrait se passer, le report des voix, etc... C'est drôle parfois....

    5
    Lina
    Dimanche 13 Décembre 2015 à 19:30

    l'avis de la poubelle ...

    je suis aller voter ...j'y suis allée à reculons ... je ne savais pas quoi faire ... et j'ai regardé dans la poubelle 

    ... ça m'a aidé dans mon choix ...

    6
    Lundi 14 Décembre 2015 à 08:40
    Maristochat Bellemam

    De la même région que toi .. C'était dur d"aller voter hier, pour un qu'on n'aime pas mais qu'il fallait, parce que pas le choix. Parce que pas elle, non, pas voir à nouveau son sourire satisfait à la télé remercier les français...

    Et quel soulagement hier soir, même si ce n'était pas ce qu'on voulait vraiment ...

    7
    Lundi 14 Décembre 2015 à 08:43

    Pareil ici... j'aime beaucoup tes mots, il sonnent juste. Pas plus , pas moins, juste ce qu'il faut dire. J'ai eu aussi peur du vent... ET dans mon village (heureusement pas dans ma région) c'est l'autre du sud qui a gagné. Encore plus maintenant j'ai peur...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :