• Est-ce une bonne idée d'entendre le bruit des bottes ????

    J'aime bien les godasses.

    J'ai des tongs, des nus-pieds, des babies à petits talons (pas trop haut, parce que j'ai vite une démarche de dinde), des croquenots, des babouches, des tatanes de toutes les couleurs. Et même des baskets qui courent vite.

     

    Mais de plus en plus, on entend le bruit des bottes, qui marchent au pas.

     

    Un bruit qui fait froid dans le dos.

    Des bottes qui marchent au pas. Le front haut. Le cœur haineux.

     

    Ce qui ont mis leurs bottes, les font claquer, bien fort. Pour qu'on ait peur, parce qu'ils ont peur.

    Leurs bottes, elles viennent de leur village. Et ils les mettront aux fesses de ceux d'autres villages, ceux de l'autre côté de la rivière. Parce que ici, c'est chez eux.

     

     

    Dans leur bottes, il y a de gros sabots. Alors, c'est lourd à porter, ça fait mal aux orteils.

    Alors, ils gueulent. Ils gueulent qu'on ferait mieux de donner du pain aux vieux.

    Ils n'ont jamais donné de pain à personne, même pas une vieille croûte, ils les gardent pour leurs chiens... Parce que leurs chiens, ils les aiment bien. Mais, ça ne coûte pas de pain (français) de le dire.

     

    Et on les entend de loin, avec leurs grosses bottes. Avec leurs "Nan, mais, il faut penser à nos pauvres de notre village avant de penser à ceux d'un autre village".

     

    Ils dorment avec leurs bottes, parce qu'ils ne veulent pas qu'on les leurs prenne. En fait, c'est ce qu'ils disent, parce que, en réalité, leurs pieds ont enflé et leurs bottes, ils n'arrivent plus à les retirer. Et ils en font des cauchemars. Qu'on vient leur piquer leurs bottes. Et ils dorment mal. Alors, ils sont de mauvaise humeur. Alors, ils gueulent encore plus fort, contre n'importe qui, en disant n'importe quoi. Mais ils gueulent, même contre le chien (il parait que le clébard est aller fricoter dans le village d'en face, le bâtard !)

     

    Ils mettent leurs bottes devant leurs yeux pour lire. Du coup, ils comprennent à côté de ses pompes. Que donner 1000 euros à ceux qui viennent des autres villages à la place de les donner aux vieux de la place de notre village, c'est vraiment dégueulasse. (pour info, quand on lit sans bottes devant les yeux, on sait que les 1000 euros sont donnés... aux villes. Oui, ça change tout)

     

    Ils mettent leurs bottes sur leurs oreilles, du coup, ils n'entendent plus que leur nom de famille fini en "ski" en "iev" en "os" en "ez". (mais en fait, eux, c'est pas pareil, il parait)

     

    Ils mettent leurs bottes et ils sortent avec leurs copains à bottes, avec leur femme à bottes, avec leurs enfants à bottes pour aller bouter l'étranger hors de leur village.

     

    Les bottes, c'est pratique, on peut avoir des idées de merde avec sans avoir de traces sur son pantalon. C'est classe.

     

    Dans le fond des bottes, ils ont mis leur cerveau et leur coeur. Ouais, l'intelligence est tout à fait soluble dans les bottes, comme le sens de l'humanité.

     

    Avant, les bottes, on les planquait au fond du placard. Elles étaient là, mais personne n'osait les mettre pour sortir. Maintenant, les bottes se montrent, elles s'exhibent, fièrement.

    Fier d'avoir des bottes.

     

    En réalité, le bruit des bottes, ça n'est pas une histoire. C'est l'Histoire. L'Histoire qu'ils ont oublié.

    Le bruit des bottes me fait froid dans le dos.

    Le bruit des bottes, c'est l'inhumanité en marche.

    Le bruit des bottes commence à me terrifier par son inhumanité.

    Parce que c'est grave. Vraiment.

     

    Moi, j'aimerais mettre des baskets qui courent vite et partir loin, loin du bruit des bottes.

    Parce qu'il est là, le bruit des bottes. A ma porte, dans la rue. Partout.

    Alors, même s'il pleut, je continue à mettre mes petites chaussures légères, mes chaussures jolies. Et j'espère n'autoriser personne à me marcher sur les pieds. Mes godasses, elles ne font pas beaucoup de bruit mais elles permettent de voler.

     

    Allez, Love sur vous. Y'en a besoin, du love. Plein.

     

    Sinon, je suis FB et sur instagram.

    Et je vire tous les com remplis d'immondices. Allez les répandre ailleurs. Merci.

     

    (ce sont les premières chaussures de la petite benjamine... y'a bien longtemps)

    Est-ce une bonne idée d'entendre le bruit des bottes ????

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    mimi
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 20:59

    Merci Marion, c'est tellement bien écrit et tellement vrai.


    J'ai quatre enfants et ce n'est pas de ce monde là dont je rêve pour eux. Je pensais que l'histoire était faite pour que l'on ne refasse pas les mêmes erreurs que par le passé. Mais quand je vois ces trains bondés partir vers l'inconnu j'ai l'impression que l'on revient 70 ans en arrière. 


    Merci pour ces articles qui font pleurer, ils sont nécessaires; mais vivement les articles qui font rire. 

    2
    Claudine
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 21:12

    Je suis Maman de cinq enfants (de 44 à 32 ans) et Mamie de six petites filles (de 18 à 5 ans) et dans notre grande famille (je compte mes belles filles et gendres) on n'aime pas non plus le bruit des bottes....on les entend, mais on ne les écoute pas et on a tous chaussé nos chaussures légères et jolies, et même avec ses chaussures là, on ne laissera personne nous marcher sur les pieds, et comme je le disais récemment à un "botté", nous sommes tous des descendants de migrants...Tu as raison, on a tous besoin d'amour!!!Je t'en offre une grosse cargaison....parce que plus on en donne, plus on en a !!!

    3
    Evelyne
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 21:21

    C'est si bien dit... Love sur toi Marion <3

    4
    Auré
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 21:34
    Si bien écrit et tellement vrai!

    Je suis désespérée de ce que je vois passer en ce moment sur facebook. Comment peut-on être sourd et aveugle à ce point? Comment peut-on oublier l'Histoire? Comment, lorsqu'on porte des noms en "ski, ak, ka", peut-on publier de telles horreurs? Comment lorsqu'on est né de nationalité étrangère et de parents étrangers, peut-on à ce point être inhumain?
    C'est malheureusement ce que je vois et entends tous les jours, et effectivement C'EST GRAVE.

    Merci pour ces jolis articles et ta jolie plume.
    5
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 21:53

    pfffiou je suis soufflée par la qualité et la beauté de ton texte....


    je n'ai rien d'autre à dire, je suis toute retournée...


    merci...

    6
    Hélène
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 22:04
    Merci. ..
    Ça fait beaucoup de bien de lire ce texte beau dans son contenu et dans sa forme (ce qui ne gâche rien et le rend si profond ) ...donc merci
    7
    CélineD
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 22:52
    Merci pour ce texte qui exprime si bien mon malaise.
    8
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 23:04

    Je n'ai jamais eu de bottes, je déteste le bruit qu'elles font, par contre j'aime bien ta poésie depuis le premier jour où je t'ai lue.
    Je t'envoie du love, du love et rien que du love.

    <3<3<3

    9
    Carole
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 06:38

    Un coup de bottes au cul pourrait leur remettre leurs "idées" en place.Je pense que le moment est venu de gueuler notre humanité de gueuler plus fort que le bruit que font leurs bottes!je suis avec toi Marion et nous avons déjà un petit pouvoir avec nos albums qui répandent l'amour...

    10
    nowak sylvie
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 11:15

    On devrait leur botter les fesses mais avec nos bottes à fleurs de toutes les couleurs,pour dire NON à ce manque d'humanité grandissante, à cette manipulation insidieuse et nauséabonde,à ce repli sur soi,à cet égoisme latent,le monde est devenu fou!!ils auraient oublié?je révais d'un monde en rose pour mes enfants et petits enfants,que votre  texte écrit en rose innonde la toile!!

    mon mari dont le nom se termine en ak s'est permis de manifester  sur la toile son mécontentement ,sa honte sa colère, il s'est fait remettre en place en disant,notre association franco-polonaise ne fait pas de politique, mais tout est politique non?

    merci pour ce beau texte plein d'humour,mais tellement vrai!!au moins ce matin je me sens moins un peu moins seule !sylvie

     

     

     

    11
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 12:17
    Weena

    Très beau texte, tellement vrai ...

    Et même sans avoir de nom de famille à consonance étrangère et en pouvant s'amuser à faire sa généalogie en France jusqu'avant 1600 ... ben ça ne change rien !!! Je suis citoyenne européenne et du monde, un point c'est tout ^^.

    D'ailleurs, j'ai une question bête pour les français de pure souche : ma famille vient de franche compté à une époque où cette dernière était espagnole ... je suis quoi dans ce cas?

    12
    Vendredi 18 Septembre 2015 à 08:24

    Dommage, j'aimais bien les bottes, moi... Mais pas celles-là ! Heureusement, dans le pays où je vis en ce moment en tant qu'expat (ben oui, nous, occidentaux, quand on part travailler à l'étranger, on des expats, ça sonne mieux qu'émigrés), on porte des tongs, de préférence.


    Il y a une formule que j'ai vue à plusieurs reprises ces derniers jours et qui sied à merveille à tous ces chiens bottés : "Belge de souche et con comme une bûche" (vous pouvez remplacer Belge par Français, ça marche aussi).


    Là où on a de la chance, c'est qu'il existe tout de même de vrais êtres "humains", qui donnent leur énergie et leur amour sans compter dans des camps de fortune, comme au Parc Maximilien à Bruxelles. A ces êtres merveilleux, je dis merci. Merci pour mon humanité.


    Et à tous ceux qui fuient l'horreur, je leur souhaite de trouver la paix.


    J'envoie plein d'amour à qui veut le recevoir.

    13
    Samedi 19 Septembre 2015 à 10:29
    Mélisse

    Merci... 


    Très beau texte qui fait très mal à lire parce qu'il est trop vrai....

    14
    bagad
    Dimanche 20 Septembre 2015 à 21:04

    Nous, en Normandie, il nous faut des bottes.... pour sauter dans les flaques d'eau. Et on espère bien sauter dedans à pieds joints cet hiver, avec ceux de l'autre village, qu'on va accueillir à la maison, bientôt, pour qu'ils reprennent un peu leur souffle. De belles bottes vertes, couleur de l'espoir !

    15
    Alberto
    Samedi 3 Octobre 2015 à 01:53
    Merci
    16
    Jihane
    Lundi 2 Novembre 2015 à 00:51

    Je viens de temps en temps faire un petit tour sur ton blog. Rarement. Trop rarement. Ce texte m'a beaucoup touchée. J'ai beau vivre sur une île là-bas de l'autre côté de la terre, ça ne m'empêche pas de me sentir concernée. Et puis le bruit des bottes, finalement, c'est assez universel. Le hasard fait que juste avant de tomber sur ton article, je venais d'entamer la lecture de la pièce Le Bruit des os qui craquent (tu sais, pour le devoir de théâtre) et l'auteur cite en préambule une phrase qui fait particulièrement écho à ton texte : "Autant et plus encore que le bruit des bottes, je crains le silence des pantoufles". Merci Marion de partager tes réflexions avec nous, merci de démuseler les pantoufles ! Continue...

    17
    CelineD
    Vendredi 16 Septembre 2016 à 08:33
    Relire ce texte un an après et le trouver toujours terriblement d'actualité... Il est très bien écrit mais j'aurais préféré qu'il soit démodé...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :