• Est-ce une bonne idée d'être un lendemain d'élection ???

    Hier, y'avait du soleil.

    On a pris les gosses et les vélos, notre courage à deux mains et notre carte d'électeur dans l'autre (comment ça, ça fait trop de mains... Vous avez le sens du détail, je trouve)

    On a failli partir vers 11 heures, mais on a croisé notre voisin-copain.

    On s'est quitté en se disant qu'on allait voter. Qu'il fallait bien. On a soupiré. On a dit "on verra bien"... On a dit "bonne journée". On a dit "j'espère".

    On est parti plus tard, mais vu qu'on ne voulait pas remettre notre participation au lendemain, on ne s'est plus arrêtés en chemin.

    C'est comme ça, les jours d'élections au soleil. Au bureau de vote, on a croisé, la directrice de la petite école, un copine, un autre voisin, un parent de l'asso des parents d'élèves, une maman du collège.

    Rentrer dans le bureau de vote a pris du temps, et pas seulement parce qu'il y avait la queue.

    A chacun, on a dit qu'on allait voter. Qu'il fallait bien. On a soupiré. On a dit "on verra bien"... On a dit "bonne journée". On a dit "j'espère".

    Et les gosses s'impatientaient, ils ont trouvé ça pénible, d'aller voter.

     

    C'est pas qu'on voulait pas.

    C'est pas qu'on savait pas quoi voter...

    C'est qu'on avait peur.

    A voté. Parce qu'il fallait bien. On a bien voté. Parce qu'on a voté ce qu'on croyait juste.

    C'était fait. Des mois qu'on attendait. On a presque été soulagés. Presque.

     

    En sortant, on a croisé d'autres copains, au magasin (oui, le magasin est ouvert le dimanche matin... et parfois on y va, même si on est contre le travail le dimanche, on est quand même contents d'avoir des oranges d'espagne, même si on préfèrerait qu'elles soient bio et de France...)

    Avec les copains, on a dit qu'on avait voté Qu'il avait bien fallu. On a soupiré. On a dit "on verra bien"... On a dit "bonne journée". On a dit "j'espère".

     

    Et puis, le soir est arrivé.

    On aurait bien voulu que les enfants s'endorment.

    Parce que ce soir, y'avait élections.

    Comme on avait la trouille, on avait invité des copains. On a pas tous voté la même chose, mais on est copains et ensemble on a moins peur... Mais on a tous un peu espéré. Et puis on a arrêté d'espéré. Mais on a essayé de passer une bonne soirée.

     

    On n'a pas aimé le résultat.

    On a un peu écouté les candidats. On a crié. On a râlé. On a rit. On a dit des grosgros mots, alors que les enfants étaient redescendus. On a bu du vin... On s'est dit que ça aurait pu être pire. On a passé une bonne soirée, parce qu'on était en gens de bonne compagnie.

     

    Et puis ce matin... ce matin... en passant devant l'école, j'ai vu, sur le panneau de Hamon "cet homme a fait perdre la gauche. La honte".

    J'ai eu mal à ma démocratie. Très.

     

    Quand je suis arrivée à la maison, y'avait une voiture devant mon garage. Y'avait des places plus loin. Y'a un mec qui m'a dit :

    - comme je n'en ai pour 10 min, je laisse ma voiture là.

    - non.

    - non ? Mais je vous ai demandé, c'est bon, non ?

    - non, c'est pas bon, vous êtes devant un garage, ça gêne, mettez-vous plus loin, y'a des places.

    - Ooooh, ça va hein, je vous demande, alors je peux rester.

    - non, je vais appeler la police.

    - Ben, c'est ça, appelle la police et vote FN !

     

    Quand j'ai ouvert mon fil FB, je n'ai vu que des appels à l'abstention, que des "c'est la peste ou le choléra"...

     

    Alors, là, j'ai eu la nausée pour de vrai, celle que j'aurais du avoir la veille.

     

    Je suis désolée, mais l'un est certes un financier, mais c'est aussi un démocrate.

    L'autre, c'est le racisme, le non-respect des femmes, la violence...

     

    Jamais je ne cautionnerai ça.

    Oui, je vais voter contre.

    On m'a fait suer toute la campagne pour que je vote pour un candidat alors que je soutenais le programme d'un autre. Au nom de "l'utilité"...

     

     

    Quand j'ai récupéré le benjamin, il m'a demandé : maman, c'est vrai que t'es la honte qui a fait perdre la gauche ?

    Mon fils de 9 ans m'a demandé si j'étais la honte.

    Mon fils de 9 ans.

    La honte...

    Qu'est-ce que je lui apprends de la démocratie ?

     

    Je suis complètement abasourdie. J'ai mal là où je ne pensais pas que j'aurais mal... Jamais j'aurais cru.

    Sarko qui avait fait le coup du "ni-ni", j'avais trouvé ça très violent.

    La "peste ou le choléra", c'est pire.

     

    (j'ai l'impression qu'on ne prend pas vraiment conscience de ce qui va nous arriver sur le coin de la tronche... Non, je ne crois pas qu'on aura la liberté d'aller gueuler dans la rue. Non, je ne pense que ça ne va que durer que 5 ans. Non, je ne pense pas qu'une bonne guerre civile renversera les choses. Parce que je ne pense pas qu'il y ait de bonnes guerres. Je pense que certains vont laisser le pire arriver. Le pire. Les années 40, c'était les potes du père de la fille... La rafle du Vel d'Hiv... Rien que ça... )

     

    J'ai voté pour au premier tour, je vais voter contre au second. C'est le jeu. Quand on n'a pas assez de voix, on n'est pas au second tour. C'est la règle. Alors, on évite le pire... c'est devenu la norme. On le fait parce qu'on croit que le pire, c'est pire et qu'on ne mérite pas le pire... alors, on range ses espoirs et ses envies et on fait juste en sorte que le pire ne s'abatte pas. Et c'est courageux de le faire. De faire taire ses aspirations profondes pour ce qu'on espère mieux que le pire.

     

    Allez, je suis sur FB.

    Il est entendu que je vire les com haineux... vous avez la liberté d'aller lire autre chose que mes sornettes.

    Et je porte plainte dès que les propos le nécessite.

     

    (la photo, c'est hier. On avait ri quand même)

     

     

    Est-ce une bonne idée d'être un lendemain d'élection ???

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    thaly
    Lundi 24 Avril à 22:14

    Je fais partie des gens qui disent que ce second tour sera un choix "entre la peste et le choléra"... Mais si j'use de cette expression cela ne veut pas dire que je ne votera pour la maladie la moins dramatique, mais que j'irai voter "contre" et non "pour. Je suis triste de ne pas avoir de candidat "pour" qui voter, c'est même vraiment déprimant. Mais je suis d'accord avec ton article, car je connais beaucoup de gens qui disent qu'ils ne voteront plus jamais "contre" car on n'a pas tenu compte d'eux ensuite la dernière fois... Mais laisser passer la haine c'est pire que d'accepter un candidat qui ne nous convient pas, alors allons voter tous et toutes ! Et love sur toi aussi.

      • Lundi 24 Avril à 22:17

        Merci ! Merci ! Merci !

         

    2
    Tatouille
    Lundi 24 Avril à 22:41
    Bonsoir.
    Bonsoir et merci.
    Je pense tout pareil.
    J'ai voté POUR au premier tour et j'irai voté CONTRE au second. Sans hésitation aucune. Sans comprendre les hésitations des autres...
    Moi aussi j'ai été soulé par l'appel du vote "utile" pour faire barrage. Mais j'ai suivi la tête et mon coeur...Par contre je suis en colère très en colère contre le PS qui encore une fois lâche son candidat... (Ségolène si tu m'entends)....
    Bref, j'irai voté le 7 mai mais je reste sur le cul par ces résultats....

    Des bisous quand même...De l'espoir...Plein dans tout les sens...
    3
    Melanie
    Lundi 24 Avril à 23:08
    Je comprends, tellement. Non Hamon n'a pas fait perdre.
    Moi aussi je me désole d'entendre dans mon entourage des gens prôner le ni-ni. J'ai des enfants. Trois filles dont l'aînée aborde à peine l'adolescence. Hors de question de ne pas aller voter contre l'extrême-droite. L'idée même de me retirer du jeu me fait horreur. Si Le Pen passe on fait quoi? On met les abstentionnistes en première ligne?
    Baisers à vous, belle famille républicaine
    4
    Nathalie
    Mardi 25 Avril à 08:56

    La chance, c'est d'avoir le choix, nous avions 11 candidats . La chance, c'est de pouvoir voter, nous pouvons le faire, nous sommes en démocratie, nous, les femmes pouvons le faire depuis seulement 1944 . Par le passé, il y a déjà eu un frontiste au second tour, je suis allée voter en me pinçant le nez deux fois puisque j'avais une procuration, je l'ai fait et je ne le regrette pas. Je ne saurais pas quoi répondre à ma fille si, dans quelques années, elle me demande pourquoi je n'ai rien fait quand la liberté de s'exprimer, de manifester, d'avoir un enfant quand on se sent prêt à le chérir, d'avoir un travail et un compte bancaire sans l'avis de mon mari, de lire les journaux que je veux lire, d'avoir des copains avec toutes les couleurs de l'arc en ciel , d'aimer une femme ou un homme si ça me rend heureux . Là, j'aurais vraiment des raisons d'avoir honte, vraiment. Nathalie.

    5
    Mardi 25 Avril à 10:39

    Ton fils s'adressait à moi aussi alors... Mais j'assume ce vote pour et maintenant comme toi je vais aller voter contre...

    6
    Mardi 25 Avril à 12:44

    Au premier tour j'ai voté sans conviction, parce que je ne me retrouvais dans aucun des candidats, vraiment. Alors là oui, j'ai choisi le moins pire. Par contre, en y réfléchissant un peu, en fait, au second tour je vais voter par conviction, par vraie et forte conviction contre le parti de la haine. Ca ne me mettra pas plus de baume au coeur pour les 5 ans à venir mais au moins ce choix là sera vun vrai choix....

    Quand aux enfants, je ne sais pas quoi leur dire de notre démocratie et de notre système... franchement c'est ca qui me rend le plus triste, ne pas pouvoir leur dire qu'on leur construit un avenir un minimum correct...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :