• Est-ce une bonne idée de doubler une dame à vélo ??

    Le mardi midi, chez nous, c'est la course :

    travailler le matin en ayant fait le marché avant. Midi : récupérer les gamins à l'école, 12h15, déposer la benjaminette chez l'orthophoniste, passer à la maison pour que le benjamin ait le temps de manger (oui, avec un TDAH, manger n'est pas toujours simple), récupérer la benjaminette, rentrer, faire manger tout le monde, tâcher de manger aussi et repartir à 13h15 pour être à 13h30 à l'école parce que la benjaminette a APC.

    Le mardi, c'est la course.

    Je mets l'assistance électrique du vélo et je roule.

     

    Sur le chemin de l'école, il y a une grande montée.

    De loin, je l'ai vue.

    Une dame qui roulait tout doucement.

    Elle est rude, la pente.

    Elle était en plein milieu, elle prenait le plus de place possible et comme elle peinait, elle ne roulait pas droit.

    Avec l'assistance, on ne peut pas dire que je peine vraiment.

    J'appuie un peu plus fort sur les pédales en montée et ça roule.

    Je me suis approchée, j'ai ralenti, j'ai bien jaugé les ondulations de son vélo. Droite-gauche-droite-gauche...

    Comme elle se dirigeait vers la droite, j'en ai profité, hop, je suis passée sur sa gauche et roule ma poule, on ne sera peut-être pas en retard à l'école.

    Elle avait un fichu sur la tête, noué sous le menton. Une vieille dame.

     

    Quand je l'ai dépassée, je l'ai entendu dire très distinctement et bien fort à mon encontre :

    - Pfffff... Encore une migrante !

     

    Les gamins, dans mon vélo ont demandé :

    - Elle a dit quoi, la dame ?

    - "encore une migrante"

    - Pourquoi elle a dit ça ?

     

    Alors, là j'avoue que j'ai dû réfléchir un peu. Beaucoup en fait.

     

     

    Il est vrai que je suis née à dans une autre ville. A six kilomètres à vol d'oiseau. Mais une autre ville.

    Est-ce que cette dame a reconnu que je n'étais pas native de cette petite ville ? (d'ailleurs, ils doivent se comptaient sur les doigts de la mains, les natifs de cette ville).

    Serais-je donc étrangère à cette ville qui est la mienne depuis 12 ans maintenant ?

    Ville dans laquelle une partie de mes enfants sont scolarisés, ville où j'habite.

     

     

    Cela me semblait absurde, alors j'ai réfléchi encore.

    Qu'est-ce que cette dame avait voulu dire par son agressif "encore une migrante" ?

    (Tu ne m'en voudras pas Madame, mais afin de te comprendre, je vais te tutoyer. Cela va créer une forme de proximité entre nous)

    Je ne t'ai rien fait, madame. Je ne t'ai même pas frôlée.

    Je t'ai peut-être fait peur parce que tu ne m'as pas vue arriver.

    Et tu ne trouves rien d'autre à dire que "Encore une migrante !"

    Tu avais l'air de tenir là, par ton "encore une migrante" une forme d'insulte ultime.

     

    Tu as peut-être imaginé dans les rouages rouillés de ton cerveau bien à l'abri de ton fichu que j'étais une réfugiée.

    Une réfugiée venue manger ton bon pain bien français.

    C'est moche, mais je crois bien que c'est cela qu'il y avait sous ton sale fichu.

    Une réfugiée qui aura certainement dû fuir sa maison, son pays, sa famille, sa vie, qui a traversé le pire pour espérer survivre et avoir les miettes rassies d'un pain plus très frais.

    Mais toi, madame, sous ton fichu bien abject, les miettes tu préfères très certainement les balancer aux rats plutôt qu'à d'autres humains.

     

    Et pourtant Madame, je t'ai regardée dans mon rétroviseur. Si tu n'as pas l'âge de ceux qui ont connu la guerre, tu n'en es pas loin. On a dû te la raconter encore et encore cette guerre.

    J'aurais pensé qu'il t'en serait resté un soupçon d'empathie, d'humanité.

     

    Sur ton vélo avec ton pantalon venu de Chine, ton pull made in Bangladesh, ton fichu venu directement du Pakistan, tu n'es plus que haine.

    Tu tanguais bien à l'extrême droite en montant cette côte un peu difficile.

    Ton fichu ne te sert très certainement qu'à te faire des œillères qui t'empêchent de voir ce qui reste d'humanité dans ce bas monde. Ton fichu comprime ton cerveau. Quand les idées macèrent, elles finissent par sentir mauvais.

     

    Allez, je vais arrêter de te tutoyer, Madame. Je vais mettre la distance nécessaire et convenable entre vous, vos idées nauséabondes et mes convictions.

     

    J'expliquerais ce soir à mes enfants tout ce qu'il y a d'immonde derrière les mots que vous m'avez balancé tout à l'heure.

     

    Migrant n'est pas une insulte et vous, Madame, vous m'avez fait honte.

    J'ai eu honte d'être aussi française que vous.

     

     

    Love sur vous.

    Je suis sur FB et sur IG

     

    (ah oui ! Je vire tous les com qui ressemblent de près ou de loin à du racisme. En cas d'insulte ou de menaces, je porte plainte. Bisous)

     

     

    Est-ce une bonne idée de doubler une dame à vélo ??

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    pierre
    Mardi 26 Février à 15:21

    Elle n'a pas confondu avec migrateur/migratrice tellement tu filais vite comme une hirondelle?
    non?

    t'es sûr?

    Alors c'est normal qu'elle stagnait, il ne faut pas confondre réac et réacteur!

    Bise du sud

    Pierre

    2
    Charlie
    Mardi 26 Février à 16:49

    je ne comprends pas sa réaction ! Que vient faire là dedans le mot "migrante" ? Avoir un vélo avec assistance électrique c'est le lot des pauvres migrants ? Il n'y a que les migrants qui dépassent les autres ? Il y a quelque chose qui cloche dans sa phrase !

    Et tu sais, il n'y a pas que les gens d'extrême droite qui se permettent ce genre de réflexion ! Je l'ai constaté bien des fois !

    3
    Alix
    Mardi 26 Février à 19:04
    Alix

    Tu avais 8 enfants en guenilles sur ton vélo ? Tu faisais la manche en roulant ? Et là encore, ce ne sont que des clichés... Bon, je ris, mais c'est à pleurer. Ce serait bien que tu la croises une autre fois, la sale bonne femme et son fichu, pour lui rabattre son caquet de mégère ignare et raciste...

    4
    matisa
    Mardi 26 Février à 20:41

    Et bien dit donc, c'est chargé le mardi midi pour la benjaminette :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Lilou
    Jeudi 28 Février à 07:46
    Marion, je t'aime
    6
    Samedi 2 Mars à 19:03

    C'est vraiment du n'importe quoi ! Quoique… quand j'entends des ados filles dire "j'en bats les c**" ou d'autres genres d'insultes, c'est un peu du même ordre : une phrase toute faite sans aucun rapport avec la situation.

    Mais bon, c'est bien triste pour cette dame quand même d'être aigrie à ce point.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :