• Est-ce une bonne idée de se dire un istant qu'on pourrait tous vivre ensemble ???

    On est samedi. Un samedi soir printanier. Le soleil n'est pas encore couché. Il fait bon.

    Je longe l'Esplanade. Les gens flânent.

    Je suis dans le camion jaune qui a des rideaux à fleurs aux fenêtres, je pars rejoindre mes copines de la chorale. Ce soir, on chante, on a concert.

    Demain je pars en vacances.

    J'écoute Soviet Suprême à fond. Je chante. Je m'arrête au feu. Je regarde les gens.

     

    Y'a une maman voilée de pied en cape, elle est avec une amie à elle. Toutes de noir vêtues, on pourrait les croire tristes, mais elles rient, elles se fendent la poire. Devant elles, son gamin à trottinette.

    Y'a un jogger qui court.

    Y'a une toute vieille dame qui traverse, petits pas, petits pas.

    Y'a trois jeunes, capuches rabattues.

    Y'a deux amoureux, collé-serrés, ils vont certainement dîner.

    Y'a une meuf à vélo, nez au vent.

    Y'a une famille complète, fringues "t'as vu la classe", ils rentrent de shopping, les sacs pleins, le porte-monnaie un peu moins.

    Y'a un papa blond, rasé sur les côtés, veste de supporter de foot pas forcément cool, genre qui est ici chez lui.

    Y'a son gamin qui file sur son petit vélo. Y'a plus les petites roues, il roule tout seul, droit devant, enfin ! il y arrive, il est super content. Il file...

    Il dépasse son papa, il dépasse la famille "belles fringues", il dépasse la meuf à vélo, il dépasse les amoureux...

    Le papa crie : freine !!!

    Il dépasse les trois jeunes à capuches. Il dépasse le jogger.

    Le papa, la meuf à vélo, les trois jeunes crient : Stoooooooop.

    Il dépasse la vieille qui ouvre juste la bouche.

    Il va vite, il fonce, il y arrive...

     

    Il arrive tout droit sur la chaussée.

    Le papa crie, le petit n'entend pas.

     

    La maman voilée de noir l'attrape au vol. Elle le sert fort. Juste avant la route.

     

    Le gamin est un peu fâché.

    Le papa arrive en courant.

    Certainement pour la première fois, il regarde cette femme, pas comme une ennemie, pas comme une étrangère.

    Il la regarde comme une femme qui lui tend son gamin.

     

    Je le vois juste dire "merci".

    Il a peut-être même été content qu'elle soit là, cette dame. Ici, chez nous. Chez elle.

     

    Le feu passe au vert.

    Y'a du soleil.

    Je pars chanter avec mes copines.

    Y'a une maman voilée qui sourit, y'a son gosse qui fait de la trottinette, y'a une petite vieille qui a fini de traverser, y'a un jogger qui reprend sa course, y'a trois jeunes qui ont virés leur capuche parce que le temps est beau, y'a une meuf à vélo qui aime le printemps, y'a des amoureux, amoureux, y'a une famille "fringues la classe" qui rigole, y'a un papa qui sert fort son gamin, qui lui dit qu'il a eu peur, que sans la dame, il aurait été écrabouillé par les voitures.

     

    Ce n'est rien que trente secondes près de l'esplanade. Juste des gens contents du printemps, juste des gens qui étaient là au bon moment. Juste des humains...

     

    Quand je suis arrivée à la salle de concert, je me suis dit, que parfois, y'a des moments comme ça, on est au même endroit, on est tous différents et quand même, on arrive à vivre ensemble. Même si on veut nous croire faire le contraire. Bordel, on y arrive quand même...

     

    Love sur vous, tout plein !

    Je suis sur Fb et sur IG itou !

     

    Est-ce une bonne idée de se dire un istant qu'on pourrait tous vivre ensemble ???

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Avril à 09:27
    Anne

    Bisous pour ce post!

    2
    Dimanche 9 Avril à 10:48
    Béatrice

    Quelle jolie histoire  ;-)  (et ouf pour le petit cycliste).

    Bon dimanche !

    3
    Annick
    Dimanche 9 Avril à 11:18

    Un moment de vie comme on les aime .... un moment de simple humanité !

    4
    Lundi 10 Avril à 08:40

    Ca devrait juste tout le temps être comme ca... soupir....

    5
    amelie
    Lundi 10 Avril à 11:07

    Super histoire !

    ca met les larmes aux yeux des le lundi matin...

    ca ouvre sur des questionnements et du coup, je me dis aussi : mais comment on en arrive à présumer que le papa blond, rasé, veste de foot regarde certainement cette femme pour la première fois pas comme une ennemis...? apres tout, qu'est ce qu'on en sait ? tant de clichés imposés par la la société...

    bref, c'est la reflexion du lundi matin...

    bonne semaine !

    merci pour le temoignage !

     

      • Lundi 10 Avril à 20:58

        En fait, j'ai justement joué avec les clichés, parce que c'est juste ce qu'on voit quand on ne fait que passer. Et que justement, quand on regarde différemment, les a priori cèdent vite le pas.
        Donc, le blond au crâne rasé un peu facho, c'est exprès :) !

    6
    Charlie
    Lundi 10 Avril à 22:47

    Non, c'est pas une bonne idée ... C'est la MEILLEURE des idées ! Merci pour ce coin de ciel bleu :)

    7
    Claire
    Mercredi 12 Avril à 12:00

    Quel bonheur de te relire!!!

    J'ai pleins d'articles de retard et j'ai justement un peu de temps pour les déguster et me régaler!!!

    Merci Marion!!!

    Bises

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Anne B.
    Mardi 18 Avril à 22:34

    Merci pour ce moment d'optimisme et de chaleur humaine.

    ça fait du bien au cœur !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :